Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Présentation

  • : L'amandier
  • L'amandier
  • : L'Amandier est une association dont l'objectif est de maintenir vivante l'oeuvre de Georges Brassens et de lui donner la place qu'elle mérite dans notre patrimoine culturel collectif.
  • Contact
/ / /

L'histoire se passe en 1961.

Mais laissons Léo Ferré la raconter, deux ans plus tard, répondant à Denise Glaser, productrice et présentatrice de Discorama.

 

L'hebdomadaire en question est, bien entendu serait-on tenté de dire, Paris Match, qui avait déjà presque préfiguré son futur slogan, puisque, cette fois, il provoquait le choc des mots.
Pour lire l'intégralité de cet article "réponses croisées", cliquer sur la date :
 
Titre Match
 
 
Pierre, de Auprès De Son Arbre, apporte le complément suivant :
 
" Sur l'interview croisée de Brassens et Ferré dans Paris Match, il se trouve que j'ai rencontré le journaliste il y a quelques années à Bordeaux. Il m'avait affirmé que Ferré avait bien dit "Brassens, connais pas !". Etait-ce de sa part une provocation ? Une exagération ? Une façon de regretter le fait qu'ils ne se fréquentaient pas ? Ils se croisaient dans les coulisses des galas de la fédé anarchiste. Sans plus. Dans leur fameuse rencontre à 3 (avec Brel) Ferré propose une tournée commune et GB n'y adhère pas du tout, poliment, mais n'y adhère pas. Cette tournée ne s'est jamais faite. Et plus tard, Ferré dira que Fallet a tout fait pour que Brassens ne soit pas plus proche de lui."
 
Cet article est donc publié au début de la vague yéyé-twist qui allait conduire dans l'oubli de nombreux artistes apparus dans les années 50. Léo Ferré évoque également les pratiques qui en découlent dans le milieu de la chanson :
Brassens, lui, jugeait par exemple Johnny Halliday "sympathique". Que pouvait-il en dire d'autre ? Plus tard, lorsqu'on lui demanda s'il pourrait écrire une chanson pour Johnny, il répondit " Oui, mais il faudrait que je m'oublie un peu".
Ils se sont croisés sur un plateau de télévision. Cette fois c'était avec Aimée Mortimer.
Brassens, lui, ne pouvait pas être emporté par la vague.
Article-Cinemonde.jpg
En 1967, Léo Ferré reviendra chez Denise Glaser, qui l'interrogera sur ses relations avec les autres grands noms de la chanson. Il n'en citera que deux, comme un prélude au rendez-vous célèbre du 6 janvier 1969. Mais c'est une autre histoire.