Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Présentation

  • : L'amandier
  • L'amandier
  • : L'Amandier est une association dont l'objectif est de maintenir vivante l'oeuvre de Georges Brassens et de lui donner la place qu'elle mérite dans notre patrimoine culturel collectif.
  • Contact
/ / /

Banville.jpg

Il n'y a rien à dire ici au sujet d'une adaptation, car Brassens n'a pas changé une virgule du poème original. Il n'a apporté qu'une modification, mais de taille, et, sans aucun doute, pas innocente : elle concerne le titre.Dans Gringoire, ce texte s'appelle :

La ballade des pendus (*)

Vous pouvez lire Gringoire (Deuxième édition, 1890) en cliquant sur la page de titre ci-dessous.

Le lien conduit à un site doté d'un moteur de recherche de pages.

La ballade commence p.37 du document (qui affiche la page 29 du livre, du fait des pages préliminaires)

CV Gringoire 

Pour une lecture plus "confortable", vous pouvez choisir le lien ci-dessous.

Les numéros de pages apparaissent à gauche, et cette fois la ballade débute effectivement p.29.

Gringoire

Mais qui était ce Gringoire, qui a inspiré Banville ?

Télé 7 Jours, 30 décembre 1961

Cette chanson est l'occasion d'en évoquer une autre, sur le même thème.

Jacques Vassal (Brassens homme libre, Ed Le Cherche Midi, mars 2011) souligne que " notre homme, grand amateur de jazz et de blues, devait à coup sur connaître [cette chanson, créée en 1939] par les disques ".

 

Le contexte en est assez dramatique et beaucoup plus récent.

Strange Fruit

On trouve une autre analyse  ICI

(Ces deux sites proposent des traductions)

Voir Album VI pour l'interprétation du Verger du roi Louis par Monique Tréhard (Brassensiades 2013) 

(*) Terminons cette page par une remarque qui ne se veut pas polémique, mais qui est un simple constat :

Il existe de nombreux ouvrages abordant les poèmes mis en musique par Brassens.

Certains sont même exclusivement consacrés à ce sujet.

Il est curieux de noter qu'aucun d'eux (parmi les quelques-uns que j'ai lus) ne mentionne le titre original, pourtant très évocateur, et datant de la période où Villon sortait de plusieurs siècles d'oubli (**).

Peut-être ai-je mal lu.

Car je n'ose imaginer que les auteurs parlent de Gringoire sans l'avoir lu.

Pourtant le doute est permis. Ainsi l'un d'eux dit de la pièce qu'elle "se déroule chez les brigands".

Il suffit de quelques pages pour se convaincre qu'il n'en est rien.

 

(**) Pour être complet, ajoutons que le véritable titre du poème de Villon n'est pas établi avec certitude, les éditions initiales n'en comportant pas ou utilisant des variantes autour du mot Epitaphe. Le titre usuel de "Ballade des pendus" est, justement, attribué aux romantiques.

- dans Poètes