Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : L'Amandier
  • : L'Amandier est une association dont l'objectif est de maintenir vivante l'oeuvre de Georges Brassens et de lui donner la place qu'elle mérite dans notre patrimoine culturel collectif.
  • Contact
17 décembre 2017 7 17 /12 /décembre /2017 22:01

 

 

Lorsqu'on a pour seul souvenir de Johnny l'image ancienne d'une cousine qui collait dans un cahier d'écolier toutes les photos qui lui passaient sous les yeux, lorsqu'on est bien incapable de citer plus de trois titres de son répertoire, difficile de l'évoquer. Et pourquoi ici d'ailleurs ? Parce que la malle aux archives contient une vidéo d'au moins une rencontre avec Brassens. Mais elle est bien pauvre... alors on fouille, on cherche et parfois on trouve, un peu...

Voilà donc ce peu, sans commentaires.

 
L'école des vedettes (Aimée Mortimer)
12 février 1962
Un récent article récapitule les relations entre les deux artistes.
Voir Le Midi Libre, suivi de quelques précisions.

Pour illustrer l'un des rappels de cet article :

 
TOP à Johnny (Maritie et Gilbert Carpentier)
18 mars 1972

En 1967 c'est l'auteur compositeur Brassens qui était - indirectement - sollicité :

Il n'y eut, comme on le sait, pas de suite.

Certains trouveront peut-être que c'est dommage...

D'autant que...

Dites-moi Monsieur Brassens
Radio-France, 18 novembre 1962.
(source  ICI )

 

Et Brassens ne risquait rien...

CinéMonde, 26 mars 1963

commentaires

Pascal 29/12/2017 12:20

salut Philippe; belles archives

Philippe Mothe 20/12/2017 09:41

Bonjour,
Un poil condescendant, je trouve, le ton de votre commentaire sur Johnny. Selon les témoignages, il admirait pourtant Brassens et le chantait fréquemment en privé, signe d'une ouverture d'esprit qu'on se plaît souvent, hélas, à lui dénier.
Bien à vous,
Philippe Mothe

Franz Muzzano 21/12/2017 01:21

Il me semble que cette admiration est ici fort bien soulignée, ainsi que le fait que Johnny chantât fréquemment des chansons de Georges en privé. Par ailleurs, les propos de Georges lui-même ne laissent planer aucun doute sur le respect qu'il portait à son cadet. Je ne vois dans les propos de l'auteur aucune condescendance, simplement un détachement face à la déferlante médiatique qui a submergé ondes et canaux ces derniers jours. Ne demandez pas au rédacteur de ce blog des larmes qui ne lui viennent pas, et savourez plutôt la richesse, et la rareté, des archives qu'il propose :-)

mpr 20/12/2017 09:30

l'extrait de "a micro ouvert" est tout a fait significatif... tout est dit a mots couverts...ils n'avaient rien de commun...Et il restera toujours quelques chose de Brassens le merveilleux !

Pierre 19/12/2017 23:42

Beau travail de recherches !